5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 12:10

Vernissage de l'exposition

dominique bulteau

 

                             VernBulteau#01

 

"Je veux peindre au quotidien le quotidien de la peinture.

 

Le philosophe Clément Rosset écrit que le réel, c’est ce qui n’a pas de double et je crois en effet que le tableau est un monde clos qui se suffit à lui-même comme un corps mort. Le tableau est une réalité autonome et le spectateur est une autre réalité séparée du tableau.

Faire exposition de tableaux toujours déjà anciens, c’est montrer ses peaux mortes. Chaque tableau restant en arrière du prochain en manière de mue animale. Le peintre est une sorte de homard. Ainsi moi, j’essaie de rentrer dans la peinture et quand le travail est terminé, il y a le tableau et moi je suis déjà loin.

Peindre, c’est conquérir un territoire. Et il arrive le moment où dans le travail de la peinture quelque chose paraît se figer en tableau. La peinture semble prendre la pose. Si comme l’écrit Heidegger : « La pensée est d’essence provisoire », il en va de même avec la peinture. Si il y a un impensé de la pensée, il y a dans la peinture, c’est à dire dans l’action de peindre, un impossible du peindre ou un impossible à peindre. Il y a comme une logique de la déception, quelque chose que le pinceau n’est pas parvenu à toucher. C’est cela qui constitue l’in-fini du tableau, son interminable suspension et selon l’expression blanchotienne quelque chose de son « ressassement éternel ». On peut dire que le tableau, c’est le fantôme de la peinture. Il n’a pas de devenir. Seulement, il porte son passé en sa présence mais il n’est pas une preuve. Il ne dit rien de l’expérience intime vécue dans l’atelier et je me dis parfois que la peinture n’est peut-être pas un art du visible.

Je m’intéresse à la question du genre en peinture et j’avais pensé pour cette exposition travailler sur un genre tout à fait démodé qu’est la peinture d’histoire mais ça a fait des histoires, toutes petites. C’est un genre assez compliqué quand on souhaite comme c’est mon cas limiter le plus possible les effets de narration. Je sais bien qu’on n’échappe pas aux impressions comiques ou tragiques que produit le pinceau sur la toile. La peinture, c’est quand même une histoire de coups de pinceau comme la philosophie est affaire de coups de marteau. Mais enfin, je suis le pinceau et comme dirait Prévert, si je suis le pinceau, c’est que je ne suis pas moi et c’est peut-être cela qu’il faut être. Être sans soi et peindre à l’aveugle ou à la mort parce-qu’enfin pour faire un tableau, il faut savoir renoncer à soi, s’évanouir dans le tableau et perdre connaissance.

Manet peignait pour savoir ce qui se passait dans la tête de Vélasquez. Picasso dans la tête de Cézanne et dans la culotte de Degas. Moi, je peins pour savoir ce qu’il y a dans une tête vide."

dominique bulteau - mai 2013

 

VernBulteau-09WEB.jpg

 

GALERIE SUR COUR

en partenariat avec

le Ville de Saint-Hilaire-de-Riez

 

du 3 au 29 juin 2013

 

Salle Henry-Simon - Office de tourisme

Place Gaston-Pateau

85270 Saint-Hilaire-de-Riez

 

du lundi au samedi, 9h/12h30 et 14h/18h30

 

VernBulteau-10WEB.jpg

 

VernBulteau-11WEB.jpg

 

VernBulteau-12WEB.jpg

 

VernBulteau-13WEB.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by GALERIE SUR COUR - dans Exposition
commenter cet article

commentaires

galerneau chantal 12/06/2013 14:33

Mais où est l'artiste...

GALERIE SUR COUR 12/06/2013 14:57



Si vous souhaitez être mise en relation avec l'artiste vous pouvez prendre contact avec Galerie sur cour au 0618900218.


Cordialement.


Jean Hondré



Présentation

Recherche